2018 Agrégation externe option civilisation : sujet zéro Ouest au cinéma
16 septembre 2016 Intervention d’Antoine Mioche, vice-président du jury de l’agrégation externe, au sujet du projet préprofessionnel, intégré à l’épreuve EHP.

Assemblée plénière de la SAES, 16 septembre 2016

Intervention d’Antoine Mioche, vice-président du jury de l’agrégation externe, au sujet du projet préprofessionnel, intégré à l’épreuve EHP.

Cette partie de l’épreuve dure cinq minutes et porte sur l’un des documents du dossier d’EHP. Le candidat choisit librement un des trois documents pour proposer des pistes d’exploitation pédagogique en référence à un niveau ou une situation d’enseignement définie par lui.

L’exercice suppose la prise en compte et l’articulation de  trois éléments :

  1. Le support
  2. la définition d’objectifs d’apprentissage
  3. la mise en œuvre d’un projet pédagogique

Cette partie de l’épreuve EHP a lieu à l’issue de l’entretien suscité par la première partie portant sur le dossier dans son ensemble. Le jury invite le candidat à présenter en français ses choix et son projet. Aucun échange n’est désormais prévu avec le jury dans cette partie de l’épreuve ; c’est pourquoi il est recommandé aux candidats d’utiliser à plein le temps dont ils disposent. Comme il  fait partie de l’épreuve EHP, le projet préprofessionnel est intégré dans la notation ; il ne constitue pas une sous-épreuve, dont la note serait distincte et pourrait être éliminatoire.

En réponse aux questions de la salle, Antoine Mioche a expliqué que le but de l’exercice est de permettre au candidat de démontrer sa capacité d’adopter une posture d’enseignant et d’engager une réflexion sur le métier. Le jury n’attend pas  des connaissances approfondies en didactique. A. Mioche a également précisé que le niveau d’enseignement visé pouvait ne pas se limiter au premier et second cycles du second degré, mais pouvait inclure le supérieur – classes préparatoires et université (dans le cadre du service d’un PRAG). Il a fait valoir, cependant, l’erreur qu’il y aurait à penser que la difficulté supposée d’un document doive forcément se traduire par le choix d’un niveau d’enseignement élevé. C’est d’abord l’exploitation pédagogique, en fonction d’un projet et d’objectifs d’apprentissage, qui dicte le choix d’un document et d’un niveau de référence. En application des programmes, par exemple, la littérature étrangère est étudiée en langue étrangère en cycle terminal de la série L. Et il n’est pas rare qu’un extrait de littérature ou de civilisation, ou un document iconographie, soit utilisé en collège comme en lycée.

La présidente du jury, Françoise Bort, a pour sa part insisté sur le fait que le projet préprofessionnel fait partie intégrante de l’épreuve d’EHP, incitant le candidat à revenir sur certains aspects de son analyse de l’un des documents constituant le dossier à l’étude pour en tirer un parti pédagogique.

Au cours des échanges avec la salle, Antoine Mioche a souligné la nécessité d’une adéquation entre le support, les objectifs et le niveau retenus.

16 sept 2016 : Intervention de Françoise Bort, Présidente du jury de l’Agrégation externe

Intervention de Françoise Bort, Présidente du jury de l’Agrégation externe

(11 h 05 – 11 h 20) Grand Amphi, rue de l’Ecole de Médecine

Pour cette session 2016, 213 postes étaient mis au concours : un chiffre en augmentation par rapport à 2015 où il y avait 202 postes. (170 poste en 2014).

Le nombre des inscrits marque une augmentation de session en session, il est passé de 1.888 en 2014, et de 1.995 en 2015 à 2.201 en 2016. Le nombre des candidats inscrits non éliminés reste assez constant et se situe une fois de plus, cette année, légèrement au-dessus de 50% : sur 2.201 inscrits, 1.138 candidats ont terminé les épreuves, parmi lesquels 19 ont rendu au moins une copie blanche, ce qui porte à 1.119 le nombre de candidats non éliminés.

Le nombre des admissibles a été le même qu’en 2015 : 467 admissibles. La barre de l’admissibilité qui était de 6,65 l’an dernier a été fixée cette année à 6,70, ce qui correspond à un ratio de 2,19. L’an dernier, la barre avait marqué une baisse par rapport aux années précédentes : l’augmentation du nombre de postes avait amené le jury à examiner un plus grand nombre de candidats à l’oral pour maintenir un ratio acceptable. Cette année, le jury a voulu conserver un ratio supérieur à 2.

Option A : 220 admissibles, soit 47% des admissibles. (193 admissibles soit 41,32% des admissibles en 2015,  et 42,1% en 2014).

Option B : 163 admissibles, soit 35% des admissibles. (190 admissibles soit 40,7% des admissibles en 2015,  et même chose en 2014)

Option C : 84, soit 18% des admissibles. (84 admissibles soit 18% en 2015, et 17,2% en 2014)

On note donc une stabilité de l’option C et un recul de l’option B au profit de l’option A.

En ce qui concerne les épreuves d’admission : 438 candidats ont passé les épreuves (sur 467 admissibles). Chaque année, l’essentiel des absents aux épreuves d’admission sont les lauréats de l’agrégation interne qui renoncent à terminer les épreuves du concours externe. Quatre absences seulement ne correspondaient pas à ce groupe, parmi lesquelles trois ont été des absences sans justification ni excuses.

Option A : 98 admis, soit 46,1% des admis (84 admis en 2015)

Option B : 71 admis, soit 33,3% (83 admis en 2015)

Option C : 44 admis, soit 20,6% (35 admis en 2015)

La moyenne la plus élevée du classement est de 16, 57 (elle était de 15,6 l’an dernier et de 14,01 en 2014).

La moyenne la plus basse, qui est aussi la barre d’admission, est de 7,41 (elle était de 8,14 en 2015, pour 202 postes : 7 dixièmes de points plus haut) : cette baisse de la barre d’admission s’explique par l’augmentation du nombre de postes et la décision du jury de pourvoir tous les postes. Dans cette décision, le facteur déterminant a été la note de langue du dernier admis : une note acceptable au regard de l’échelle de notation du concours.

Ce qui ressort des résultats 2016, c’est une légère hausse des 50 premières moyennes du classement par rapport aux deux années précédentes. Ensuite l’échelonnement des moyennes devient comparable à celui des dernières sessions.

– Le 10ème lauréat, par exemple, obtient une moyenne de 13,08 (il avait 12,45 en 2015, et 12,57 en 2014).

– Le 100ème lauréat a 9,15 de moyenne (il avait 9,27 en 2015 et 9,61 en 2014).

Enfin, le dernier candidat admis est à 3 centièmes de point du premier non admis.

ANNONCE DE LA SESSION 2017

Après quelques années de changements, notamment pour la partie pré-professionnelle, la session 2017 sera conforme à la session 2016 en ce qui concerne le format des épreuves et leur déroulement. Les quelques légères modifications seront détaillées dans le rapport 2016 et porteront sur quelques détails relatifs à l’épreuve d’EHP : passage du format livre au DVD pour la l’Encyclopaedia Britannica mise à la disposition des candidats, et légère modification des consignes de l’épreuve, (demandant de ne choisir désormais qu’un seul document pour la présentation du projet pré-professionnel, présentation qui ne sera plus suivie d’un échange avec le jury).

– Les dates de l’écrit sont fixées au mardi 7 mars, mercredi 8, jeudi 9 et vendredi 10 mars 2017.

– Les épreuves orales se dérouleront du mercredi 31 mai au samedi 1er juillet 2017, au Lycée Jacquard, Paris 19e.

– Merci aux préparateurs de rappeler à leurs candidats de la session 2017 qu’ils doivent s’inscrire avant le jeudi 13 octobre 2016 (les inscriptions sont ouvertes depuis le jeudi 8 septembre), et qu’ils doivent être titulaires d’un diplôme de Master 2 au moment de l’admissibilité.

RETOURS SUR LES EPREUVES :

* Les candidats malheureux à l’écrit peuvent contacter la présidente (uniquement par mail, à l’adresse suivante : francoise.bort@u-bourgogne.fr) pour avoir un retour, uniquement pendant les épreuves d’admission, et si possible avant le 10 juin pour permettre un bonne mise en place de ces retours.

* Pour les retours sur les épreuves orales, la procédure est la même (par mail à la même adresse), et dans ce cas il faut adresser la demande le plus tôt possible après les résultats de l’admission, avant le 15 septembre dernier délai. Les retours s’échelonnent ensuite jusqu’à la fin du mois d’octobre, les candidats doivent se montrer patients car les demandes sont nombreuses.

* NB : Pour tout renseignement (retours sur les épreuves, demandes de visites), la seule voie possible consiste à envoyer un mail à la présidente (adresse ci-dessus). Il est particulièrement déconseillé de téléphoner au Lycée, car le directoire de l’agrégation ne dispose pas d’une ligne de téléphone directe. Par ailleurs, l’administration du Lycée ne dispose pas des renseignements utiles sur le concours, et n’a pas non plus les éléments qui permettraient de simplement transmettre les messages de demandes.

* Il est important également de rappeler aux candidats que la convocation aux épreuves orales est impérative, sauf cas de force majeure (raisons médicales ou familiales graves par exemple). Il est conseillé aux candidats qui se présentent à plusieurs concours, ou qui doivent se présenter devant d’autres jurys, de faire connaître au Ministère et à la présidente du jury (Francoise.Bort@u-bourgogne.fr), avant le 2 mai, leurs indisponibilités sérieuses concernant la période du 31 mai au 30 juin. Si celles-ci s’avèrent justifiées, elles seront prises compte au moment de l’envoi des convocations.

15 janvier 2015 : communiqué important de Claire Charlot, présidente du jury de l’agrégation externe d’anglais, au sujet de l’épreuve AGIR

(télécharger en pdf ici) Chères et chers collègues,
Comme vous le savez, l’arrêté du 25 juillet 2014 (NOR : MENH1417069A) a modifié l’arrêté du 28 décembre 2009 en supprimant des épreuves d’admission de l’Agrégation externe d’Anglais l’interrogation portant sur la compétence « Agir en fonctionnaire de l’Etat et de façon éthique et responsable ». L’annexe de cet arrêté (voir la version consolidée de cet arrêté publiée au Journal Officiel le 12 août 2014 – VII. Section langues vivantes étrangères – Anglais) restitue donc l’épreuve de Compréhension et Restitution dans sa configuration antérieure à celle de 2010.
Cependant l’esprit de l’épreuve AGIR n’a pas tout à fait disparu : il est précisé à l’article 1 que l’article 8 du 28 décembre 2009 est remplacé par les dispositions suivantes, qui introduisent le descriptif des épreuves orales d’admission sur le site du Ministère :
« … Lors des épreuves d’admission du concours externe, outre les interrogations relatives aux sujets et à la discipline, le jury pose les questions qu’il juge utiles lui permettant d’apprécier la capacité du candidat, en qualité de futur agent du service public d’éducation, à prendre en compte dans le cadre de son enseignement la construction des apprentissages des élèves et leurs besoins, à se représenter la diversité des conditions d’exercice du métier, à en connaître de façon réfléchie le contexte, les différentes dimensions (classe, équipe éducative, établissement, institution scolaire, société) et les valeurs qui le portent, dont celles de la République. Le jury peut, à cet effet, prendre appui sur le référentiel des compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation fixé par l’arrêté du 1er juillet 2013 ».
Il nous a été demandé de satisfaire à cette exigence dès la session 2015 (sans moratoire aucun, contrairement à ce que nous avions demandé). Le compromis étant que les présidents de jury (et non des partenaires, quels qu’ils soient, de la communauté universitaire) pourraient alors en définir les modalités. Une commission d’étude a été constituée au sein du jury à l’automne, afin d’envisager la meilleure façon de tester les compétences d’un futur enseignant sans demander de préparation spécifique aux candidats et aux préparateurs, à ce stade avancé de l’année. La proposition de cette commission a été validée par l’ensemble du jury lors de sa première réunion plénière, le 10 janvier dernier.
Il a été décidé que les questions relatives aux compétences attendues d’un enseignant seraient abordées durant l’Epreuve Hors Programme. Cette épreuve comporte le temps d’entretien le plus long des épreuves orales d’admission et la commission d’EHP entend l’ensemble des candidats, ce qui est un gage d’équité. La nature de ce temps de l’épreuve EHP sera d’ordre essentiellement professionnel, le candidat devant se projeter dans son futur métier d’enseignant, comme l’explique le texte ci-dessous qui accompagnera le dossier d’EHP lors de la préparation de cinq heures du candidat :
A l’issue de l’entretien en anglais sur le dossier d’Epreuve Hors Programme, vous vous appuierez sur le ou les document(s) que vous sélectionnerez pour proposer au jury, de façon concise et en français, une ou des piste(s) d’exploitation possible(s) en situation d’enseignement de votre choix (par exemple et entre autres : thèmes, objectifs langagiers, objectifs culturels, transdisciplinarité ; dimension éthique, etc.). Puis vous répondrez, en français, aux questions posées par le jury. L’ensemble n’excèdera pas cinq minutes.
Il est bien entendu que le jury sera extrêmement bienveillant et souple concernant la mise en œuvre de ces nouvelles modalités (comme il l’avait été lors de l’introduction de l’épreuve AGIR) et que les questions feront appel au bon sens des candidats. Il faudra conseiller à ces derniers de consacrer une vingtaine de minutes à ce temps de l’épreuve EHP (appelé « PROF ») dans le cadre de leur préparation de cinq heures en loge. L’évaluation fera partie intégrante de celle de l’EHP.
Je profite de ce message pour vous présenter mes meilleurs vœux pour 2015. Je vous prie d’agréer, chères et chers collègues, l’expression de mes sentiments très cordiaux.
Claire Charlot (Présidente de l’Agrégation externe d’Anglais)