La SEAC et l’EA EMMA (Études Montpelliéraines du Monde Anglophone ) organisent une journée d’étude sur le roman de Ian McEwan, Atonement et son adaptation par Joe Wright, le 12 janvier 2018. Vous trouverez ci-dessous l’appel à communications de cette journée.

Cette manifestation est ouverte aux étudiants, comme aux préparateurs.

Bien cordialement,

Catherine Bernard
——————————
Professeur de littérature britannique et d’études visuelles

Présidente de la SEAC

UFR d’Études anglophones
Université Paris Diderot

———————————————————————————————————————

Journée d’étude. Ian McEwan, Atonement (2001) / Joe Wright, Atonement (2007)

Organisée par la Société d’Études Anglaises Contemporaines (SEAC) et l’Université Paul Valéry — Montpellier 3. EMMA (Études Montpelliéraines du Monde Anglophone)

Date: Vendredi 12 janvier 2018

Lieu : Site Saint Charles, Université Paul Valéry — Montpellier 3

Cette journée d’étude aura pour objet de faire le point sur la recherche récente portant sur le roman d’Ian McEwan et de croiser les angles de lecture sur une œuvre qui retravaille nombre de topoï de l’imaginaire littéraire anglais. Organisée à l’intention des préparateurs à l’Agrégation externe d’anglais et des étudiants, elle accueillera des communications qui pourront porter tant sur le roman que sur son adaptation cinématographique par Joe Wright (2007).

La critique a souvent souligné la complexité de la perspective éthique du texte et la façon dont les jeux sur la structure narrative produisent des effets de défamiliarisation herméneutique. Plus rares ont été les études s’intéressant à la façon dont Atonement revisite le sous-genre du « state of England novel » et dont il peut se lire comme un roman historique métafictionnel. Son analyse de la représentation des classes sociales, des rapports de genre, mais aussi du traumatisme de la Seconde guerre mondiale méritent de même d’être creusée plus avant.

Sans aucune exclusive, on pourra aussi s’intéresser aux questions et caractéristiques esthétiques suivantes :

— La représentation de l’enfance et sa mise en récit et en texte ;

— Le traitement intertextuel du « country estate novel » ;

— L’imaginaire littéraire du roman : de Jane Austen à D. H. Lawrence ;

— L’imaginaire pastoral et ses traces mélancoliques ;

— La représentation de la guerre et du trauma de guerre ;

— La mise en place d’un pacte de lecture et sa subversion ;

— L’engagement du lecteur et l’éthique de l’affect façonnée par le texte ;

— L’esthétique de la vulnérabilité produite par l’ironie autoréflexive du roman.

Une table ronde sur la critique portant sur l’œuvre de McEwan clôturera la journée d’étude.

Les propositions de communications en anglais (300 mots + courte notice biographique) sont à envoyer à Christine Reynier (reynierchristine@gmail.com) et Catherine Bernard (catherine.bernard@univ-paris-diderot.fr), avant le 30 octobre 2017.

Une sélection des communications sera publiée dans un cahier spécial de la revue à comité de lecture Études britanniques contemporaines (http://ebc.revues.org/).